Bonnieux

Bonnieux

Situation géographique 

La commune s’étend sur 5112 hectares, de la vallée du Calavon aux crêtes du Luberon et à la combe de Lourmarin, voie d’accès au sud Luberon. On y compte 1363 habitants (recensement 2004). Bonnieux est chef-lieu de canton dans le département de Vaucluse, en région Provence – Alpes – Côte d’Azur (PACA).

Etymologie 

Bonnieux, Bonilis, boni oculi, bon œil ou belle vue, plusieurs explications sont données.
René Bruni, dans son ouvrage « BONNIEUX, un village de Provence en Luberon »  retient plutôt bona qui veut dire base et fait référence à l’implantation première du village.

Introduction

Le village se caractérise par une grande variété de sites, naturels ou historiques :

D’une part par ses deux églises, ses remparts, ses rues remarquables, comme le décrit Clémentine de Como : « …des rues étroites comme une échelle, ….. Deux ou trois de ces rues ont une telle déclivité, que vous semblez être menacé de la
chute des maisons …. »
, et de nombre d’édifices anciens comme l’hôtel de Rouvil, ancienne maison commune de 1859 à 2006, l’hôtel Dieu de 1749 à 1948, devenu aujourd’hui la nouvelle mairie et quelques vastes et belles demeures dont vous pourrez admirer les façades.
L’ensemble donne à Bonnieux un cachet unique.

D’autre part « Lorsque le voyageur arrive de la plaine,  … il va être confronté  au jeu de l’inattendu » (René Bruni), à 5 km du village, le Pont Julien, tel « un accent circonflexe » ( Fortuné Pin , poète du XIX ème siècle) enjambe le Calavon. Ce pont est classé Monument Historique depuis 1914 ; édifié à l’époque augustéenne (27 avant JC – 14 après J C) sur la voie domitienne, il témoigne de la romanité des lieux.

De plus, sur la crête du Luberon, la forêt des cèdres est un véritable poumon de fraîcheur pour les randonneurs et les amoureux de la nature.

 Historique

Du paléolithique au premier siècle, vous y  trouverez des abris naturels au creux des combes, des oppida, des vestiges de riches villae gallo-romaine. La via domitia qui reliait l’Espagne à l’Italie, l’une des plus grandes routes de l’Europe occidentale, traversait le pays et les vastes domaines vont constituer la trame du territoire de Bonnieux, d’autres voies secondairess’articulant autour (via vicinae). Le pont Julien témoigne du rôle prestigieux qu’il jouait à l’époque augustéenne ; ce pont de 46,60 m de long sur 4,2 m de large assure légèreté et solidité, il est l’un des ponts routiers les mieux conservé de Gaule*  . Il devrait faire l’objet d’une mise en valeur par le Conseil général, le Parc national du Luberonet l’Etat ! A la croisée des routes des communes limitrophes (Bonnieux, Roussillon, Apt ..), il donne aujourd’hui son nom à la Communauté des communes.

*voir ouvrage de G. Barruol, JL Fiches et P. Garmy,  les ponts routiers en Gaule Romaine 

Après l’effondrement de l’empire romain, face aux invasions, les habitants se réfugient sur les anciens oppida. La communauté vit sous la protection du seigneur, sur le site du castrum primitif entouré de remparts, seigneuries des Castellane, puis de Forcalquier et de la puissante famille d’Agoult. Le territoire passe ensuite aux Comtes de Toulouse et en 1274 Bonnieux constitue  une enclave en terre pontificale, administrée par Rome ou Avignon pendant 517 ans.

Résidence parfois forcée des dignitaires ecclésiastiques, le village comptait alors 3500 habitants et bénéficiait toujours d’importants privilèges que lui avait accordés le Comte de Toulouse Raimond, en 1247. Le blason de la commune est le reflet de cette période prospère. Mais les pestes successives et les guerres de religion vont décimer la région. Les Vaudois, qui avaient remis en valeur les terres agricoles, sont pourchassés par l’Inquisition.

Cinq siècles ont façonnéle caractère original de Bonnieux où, à partir du XVIII ème siècle, les congrégations ont foisonné (Pénitents blancs et gris, ND du Saint-Rosaire et de Sainte-Anne, de Saint-Joseph et de Saint-Charles, etc.) et ont fini par entrer en concurrence…

Bonnieux devint français par l´annexion des deux états d’Avignon et du Comtat Venaissin en 1791 et en 1793 la convention créa le département de Vaucluse.

Au XIX ème siècle, de grands travaux vont modifier l’aspect du village : démolition, alignement, agrandissement des voies (rue de la République), création d’un boulevard (Elzéar Pin), achat des belles sources de Croupatière (le village manquait d’eau) et construction d’une nouvelle église (1870) au bas du village. Depuis cette date, l’église primitive, au lieu-dit de l’ancien castrun, est dénommée « Vieille Eglise ». Les Bonnieulais disaient alors : «  A Bonieù, lei mort enterroun lei vieù »*. Cette église conserve une partie romane (XII ème siècle), la voûte est en berceau brisée ; elle a fait l’objet de travaux successivementaux XIV ème, XV ème siècles, une extension au XVIII ème siècle, quilui confère un aspect gothique, l’ensemble restant très harmonieux.

La Vieille Eglise est aujourd’hui l’objet de différentes restaurations (mobilier, retable, chapelle latérale) par l’association de sauvegarde de la VE et par la mairie. Elle renferme un orgue exceptionnel du XVIII ème siècle (orgue Isnard). Toutes les années, elle abrite une magnifique crèche créée par B. et V. Gils.

A la gare de Bonnieux, le dernier train emporte les rails en 1990.

* A Bonnieux les morts enterrent les vivants

 

 


DECOUVRIR BONNIEUX


Eglise Haute ou Vieille Eglise. On y accède par un escalier de 86 marches à l’ombre des cèdres centenaires

Table d’orientation au niveau du Belvédère

Eglise neuve (1870) renferme quatre primitifs du XIXème siècle provenant de l’Eglise Haute, représentant des scènes de la Passion

Vestiges des Tours et remparts du XIIIème siècle

Hôtel de Rouville du XVIIIème siècle (ancienne mairie)

Musée de la Boulangerie (04 90 75 88 34 )

Le Pont Julien ( An III av JC) dans la plaine, à 5 km

La Tour Philippe, construction d’un original à la fin du XIXème siècle.( ne se visite pas)

La Forêt des Cèdres dans le Petit Luberon, à 6 km.

NOUVEAU ! Vous trouverez, en parcourant les ruelles du village, des sites matérialisés par 15 lutrins pour découvrir le Patrimoine historique de BONNIEUX